L’équilibre sylvo-cynégétique

Territoire recouvert de végétation forestière, la chaîne de Belledonne est le lieu d’habitat du cerf.Il n’est pas possible de connaître l’effectif exact des populations sur un tel massif, pourtant il est nécessaire d’avoir une idée générale de leur dynamique. Que ce soit en forêt privée ou publique, les gestionnaires forestiers doivent garantir le renouvellement de leur végétation. Ceci demande de conserver une quantité supportable de cervidés pour permettre aux forêts de se régénérer. On parle d’équilibre sylvo cynégétique, pour lequel aujourd’hui différentes actions sont menées.
  • Des indicateurs pour connaître les populations

Avant toute discussion sur les solutions de gestion à mettre en place, il est essentiel de rassembler des indicateurs fiables. Sur Belledonne, un certain nombre de données sont traitées :

    • Des comptages nocturnes ont lieu chaque année avec des équipes d’observateurs sur des circuits prédéfinis. Par exemple sur l’unité de gestion (UG) 8 (Pays d’Allevard), les effectifs observés sont stables depuis 2010.
    • Venant compléter ces informations, des données de pesée des faons renseignent le niveau de performance des populations. D’après une corrélation connue entre densité de population et milieu, plus ils sont lourds, plus ils sont dispersés, et moins ils sont lourds, plus ils sont en concurrence : la compétition alimentaire impacte négativement le poids des animaux. Par exemple, sur l’UG8, ces données sont relevées depuis 2016 et montrent une courbe stable des poids.
    • Depuis 2020, des relevés floristiques sont assurés par les forestiers sur 400 placettes en Belledonne, pour connaître la tendance d’évolution de la consommation de la végétation par les cerfs. Les données ne seront exploitables qu’à partir de quelques années de compilation, mais les niveaux de consommation relevés aujourd’hui sont considérés comme élevés. L’ONF rapporte également ces observations effectuées lors des martelages, de même que la forêt privée partage des constats reportés sur des fiches de dégâts.

 

  • Les solutions de gestion de la grande faune 

Pour garantir l’équilibre sylvo-cynégétique, toute une réflexion s’entretient entre les acteurs de la gestion forestière et les acteurs de la biodiversité. Les solutions se traduisent d’une part par des actions cynégétiques (relatives à la chasse), d’autre part par des actions sylvicoles.

    • Actions cynégétiques

 

L’attribution de « plans de chasse » s’effectue en concertation, par territoire de chasse. Le Préfet fixe des fourchettes minimum et maximum d’animaux qui doivent être prélevés par la chasse par espèce et par unité de gestion. La Fédération Départementale des Chasseurs détermine le nombre d’attributions pour chaque territoire de chasse, à partir des constats discutés au préalable entre forestiers et chasseurs. Des bracelets de marquage sont alors répartis entre les structures de chasse privée / forêts domaniales et les Associations Communales de Chasse Agréées.

 

    • L’équilibre sur Belledonne

 

Ces dix dernières années, les attributions ont régulièrement augmenté, jusqu’à 219 pour l’ensemble des unités de gestion 7, 8 et 26. Les effectifs ne diminuent pas pour autant : en effet, les observations montrent un effectif et une pression stable. On peut distinguer l’unité de gestion 8, sur laquelle l’équilibre est qualifié de “rompu”, c’est-à-dire que la pression sur la forêt est élevée. La réalisation des plans d’attribution atteint ces limites, c’est pourquoi les chasseurs envisagent d’orienter les prélèvements sur les zones à enjeux forts de régénération pour limiter l’impact du gibier. Chasseurs et forestiers s’accordent aussi pour augmenter la proportion de femelles au tableau de chasse pour faire baisser le niveau de population.

    • Actions sylvicoles

D’autres actions peuvent être réalisées afin de limiter l’impact de la dent du gibier sur la forêt : ensemencement de pistes, plantation d’arbres fruitiers, ou réouverture de prairies intra-forestières. En projet sur le territoire pour 2022, la Fédération de Chasse de l’Isère et l’ONF expérimenteront de nouveaux aménagements forestiers dans le cadre du dossier Contrat Vert et Bleu de  Belledonne. L’objectif consiste à diversifier les habitats forestiers du cerf, en créant des zones d’appétence décentrées des zones de plantations ou de régénération.

 

Ces sujets vous intéressent ? Une visite ouverte aux élus a lieu chaque automne sous les explications des chasseurs et forestiers, sur l’un des Sites d’Avenir d’avenir pour la forêt Iséroise. (lien vers les sites https://www.isere.fr/foret-bois )

Ma Newsletter